ECT acteur de l’économie circulaire pour améliorer le métabolisme urbain

ECT inscrit son développement dans une stratégie d'économie circulaire de proximité. En effet, ECT réutilise les terres inertes des chantiers franciliens pour s'engager avec les collectivités locales dans des projets d'aménagements durables et concertés.
15 sites sont régulièrement en exploitation en Île-de-France. Et le traitement des terres est de 15 millions par an.
La gestion quotidienne de ces flux de matériaux pose donc la question de l'urbanisme durable et du métabolisme urbain. Mais surtout, des actions à entreprendre pour l'améliorer.

Une démarche d'économie circulaire pour les terres excavées des chantiers de construction.

L’ADEME définit l’économie circulaire comme « un système économique de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien être des individus ».

Ce système circulaire met donc l’accent sur de nouveaux modes de conception, sur le prolongement de la durée d’usage des produits, mais aussi sur l’usage plutôt que la possession de biens, sur le réemploi, la réutilisation, et le recyclage.

Ainsi, la réutilisation des terres excavées des chantiers du BTP pour réaliser des projets d’aménagement s’intègre résolument dans un modèle d’économie circulaire. Et ceci pour deux raisons :  d'une part, la diminution des impacts, et d'autre part,  la création de valeur.

De même, le réemploi de terres pour le remblaiement et la sécurisation des carrières franciliennes favorise cet usage circulaire des terres.

Enfin, la volonté d'ECT est de répartir ses sites de réception et d'aménagement sur l'ensemble de l'Ile-de-France. L'objectif est de limiter dans des cycles les plus courts, l'impact carbone du transport.

L’économie circulaire telle que proposée par ECT favorise la création de boucles positives. Celles-ci génèrent une valorisation par la réutilisation systématique de la terre.

ECT acteur de l'économie circulaire des terres de chantiers du BTP

ECT acteur de l'économie circulaire des terres de chantiers du BTP

ECT contribue à maîtriser le métabolisme urbain

Une démarche qui contribue à la maîtrise du métabolisme urbain.

Se poser la question de la maîtrise du métabolisme urbain, c'est considérer les villes comme "consommatrices" de matières et d’énergie. Soit produites directement sur leur territoire, soit indirectement par les matériaux, biens et services qu’elles importent ou exportent.

Ces flux de matière et d’énergie traversent l’écosystème urbain de manière linéaire. En amont, des ressources sont extraites des réservoirs de la nature. Puis les diverses activités urbaines les exploitent ou les transforment. Et enfin, en aval, elles sont renvoyées à l’écosystème sous forme dégradée (voire non dégradable).
Ces rejets de matières de rebut touchent donc l’atmosphère, l’eau et les sols, sous différentes formes. Et les impacts pour les écosystèmes et plus généralement la biosphère sont multiples.

Dans ce cadre, la démarche d'économie circulaire d'ECT apporte une réponse durable à la nécessité de boucler les flux urbains. C'est par la création de boucles de réutilisation des terres des chantiers de construction qui sont autant de projets d'aménagement locaux qu'ECT contribue à une optimisation de la circularité du métabolisme urbain des terres de chantier.

Pour conclure : la prise en compte des enjeux du métabolisme urbain des villes renforce notre engagement local auprès des collectivités franciliennes, car nos solutions d'aménagement répondent aux enjeux du territoire par une valorisation des sites. Par exemple, des enjeux de sécurisation, de renaturation, de fertilité des sols, et donc d'amélioration de la qualité environnementale et de la qualité résidentielle.

Ainsi, notre démarche avec les collectivités de l'Ile-de-France tend vers un "co-recyclage" durable de sites.

En savoir plus sur notre engagement avec les collectivités.

X