Top départ pour la renaturation d’une décharge sauvage

14 février 2022

Le nettoyage du site, une étape-clé pour cicatriser le paysage

A Boissy l’Aillerie et Puiseux Pontoise, dans le Val d’Oise, les opération de nettoyage ont commencé. C’est une étape primordiale pour passer à la phase de la restructuration du paysage. L’évacuation des 14.000m3 de déchets a commencé fin janvier 2022. Cela devrait durer entre 4 à 6 mois. ECT prend en charge le coût de cette évacuation et du traitement. 

Retour sur la constitution d’une des plus vastes décharges sauvages d’Ile-de-France

  • 4 décembre 2017 : Début de l’occupation illégale des terrains et des activités intensives de décharge sauvage.
  • 5 mai 2018 : La Préfecture met fin à la décharge illégale. L’entrée du site est sécurisée par la mise en place de blocs en béton à l’entrée du chemin agricole.
  • En 6 mois : 6 000 tonnes / 14 000 m3 de déchets ont été déposés sur le site.

La décharge sauvage qui s’est développée sur les communes de Boissy-l’Aillerie et Puiseux-Pontoise a provoqué de nombreux dégâts. Elle pourrait entraîner une dégradation irrémédiable du site, si aucune action n’était entreprise.

Des communes désemparées face aux décharges illégales

« L’importance des dépôts sauvages a totalement dégradé le site. Je remercie la préfecture du Val d’Oise d’avoir pris en charge le dossier et d’avoir trouvé avec ECT une solution de réhabilitation du site. La lutte contre ce fléau doit passer par la prévention, en renforçant la surveillance et la coopération avec les forces de l’ordre. Nos petites communes sont sans moyens pour être réactives dans le traitement des décharges sauvages, c’est pourquoi il faut l’envisager au niveau des intercommunalités. »
Thierry Thomassin, Maire de Puiseux-Pontoise

« Dans le cas présent, 300 personnes occupaient les lieux. Les activités de décharges sauvages ont commencé très rapidement, sans intervention pour stopper le trafic de déchets. La décharge sauvage a duré 5 mois et la très importante dégradation du site a laissé la commune et le propriétaire face à des milliers de tonnes de déchets. »
Michel Guiard, Maire de Boissy-l’Aillerie

Des apports de terres inertes pour un projet ambitieux

Une large concertation a été menée : 

  • le propriétaire privé,
  • l’Agglomération de Cergy-Pontoise,
  • les communes de Boissy-l’Aillerie et de Puiseux-Pontoise,
  • le département du Val d’Oise
  • les services déconcentrés de l’État,

Ainsi, il a été établi que le site disposait d’une surface disponible suffisante pour apporter un volume adapté de terres inerte. L’objectif ? Réaliser un projet qualitatif, agricole et paysager. La réutilisation des terres inertes permet à ECT de disposer d’une capacité financière pour le projet. L’enjeu est précisément d’équilibrer les dépenses d’évacuation et de traitement des déchets et la renaturation du site avec le volume de terres accueilli.

Les missions d’ECT sont multiples pour mener à bien pour la réhabilitation de la décharge sauvage :

  • Accompagnement dans la prise en compte des contraintes urbanistiques et environnementales liées au PLU. En concertation avec le CD 95 et les services de l’État.
  • Prise en charge financière et technique de l’enlèvement et du traitement des déchets.
  • Réaménagement qualitatif du site au travers d’un permis d’aménager. Le permis d’aménager est instruit par les communes. il est assorti d’une demande d’autorisation environnementale (Loi sur l’eau) instruite par les services de l’Etat.
  • L’évacuation et le traitement de ces déchets.

Un projet ambitieux de restructuration du paysage

  • Le projet prévoit la reconstitution des espaces agricoles et la recréation d’une mosaïque
    de milieux naturels (herbacés, arbustifs et boisés).
  • Il prend en compte à l’échelle du territoire les contraintes foncières, patrimoniales et environnementales propres au site et au cadre du PNR.
  • Face à l’instabilité actuelle du talus, le projet propose une consolidation par comblement, tout en reconstituant une gestion hydraulique  adaptée.

L’ancienne décharge laissera place à un projet de renouveau agricole, paysager et hydraulique dans le cadre du Parc Naturel Régional du Vexin Français.

 

 

 

 

X