[REVUE PRESSE] La traçabilité des terres excavées s’invite au débat de l’économie circulaire

19 novembre 2019
Logo - La Revue des Collectivités Locales

Alors que débute le Salon des Maires, la Revue des Collectivités locales s’interroge sur les conséquences de la modification du statut des terres excavées et sédiments.

Voici un extrait de l’article de Danièle Licata paru dans la Revue des Collectivités, qui relaie l’inquiétude forte de l’Uned.

En effet, le Ministère de la Transition écologique et solidaire projette de faire sortir par voie réglementaire les terres excavées : qu’elles soient polluées ou inertes de leur statut de déchet. Afin de faciliter leur réemploi.

Le vice-Président de l’UNED, Reda Semlali, confirme que :

« l’Uned reste absolument favorable à un assouplissement des conditions d’une sortie de statut de déchets pour favoriser une seconde vie des terres inertes. Mais évitons qu’une avancée pour l’économie circulaire devienne une régression environnementale ».

Car pour l’Uned, cette sortie :

« reste très incertaine quant aux garanties nécessaires pour assurer la protection de l’environnement et de la santé ».

En réponse, l’Uned étaye plusieurs propositions pour garantir la traçabilité des terres :

  • La procédure de sortie du statut de déchet est simplifiée et facilitée, mais reste sous la responsabilité de l’exploitant de l’ICPE qui en prend l’entière responsabilité, administrative et pénale.
  • L’exploitant est le garant de la traçabilité amont des terres et de la finalité de leur réutilisation.
  • Le réemploi des terres est promu avec des garanties environnementales et sanitaires.
  • La responsabilité identifiable et solvable (de l’exploitant ICPE) est
    maintenue.

Retrouvez l’intégralité de l’article Danièle Licata de la revue des Collectivités locales, en cliquant ici.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Nouveau

Pour recevoir la newsletter trimestrielle ECT, c'est ici :

X