« Que faire de la terre excavée dans les chantiers ? », un article de Sibylle Vincendon dans Libération

20 mai 2019
Logo presse : Libération

Des collines artificielles sur le site de l’ECT Moissy-Cramayel

Prochainement, la mairie de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne) inaugurera un parc entièrement créé grâce à de la terre de récupération.

Que faire de la terre excavée dans les chantiers ?

D’ici quelques semaines, la mairie de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne) inaugurera un parc entièrement créé grâce à de la terre de récupération. Dans vingt ans ou plus, au fil de l’épuisement des zones, les galeries de gypse exploitées en Ile-de-France par Placo seront comblées avec cette même terre. Utiliser les déblais que tous les chantiers excavent pour combler ou remblayer et paraît relever du bon sens. Ce n’est pas la règle. Il est loin le temps des ingénieurs du Paris haussmannien «qui avaient une culture du déblai-remblai», comme dit l’architecte Antoine Grumbach. La terre issue du creusement du métro servait alors à fabriquer les parcs.

Leader de la collecte et du traitement de ces terres, ECT pratique cette forme de recyclage quand c’est possible. La technique la moins visible mais la plus spectaculaire est celle qui est utilisée pour remplir les galeries de gypse après la fin de leur exploitation. L’Ile-de-France est un très bon bassin de ces gisements dont Placo, division de Saint-Gobain, extrait le plâtre destiné à faire les fameuses plaques pour la construction. Or depuis 2000, les carriers ont l’obligation de remblayer ce qu’ils ont creusé, afin d’éviter les écroulements de galeries.]

Lire l’intégralité de l’article

Facebook
Twitter
LinkedIn

Nouveau

Pour recevoir la newsletter trimestrielle ECT, c'est ici :

X