Lancement officiel des « Yeux du Ciel », oeuvre de land art métropolitain sur le site d’ECT de Villeneuve (77)

25 janvier 2019
Les Yeux du Ciel une oeuvre de Land Art en terres de déblais de A.Grumbach sur le site d'ECT

Une œuvre constituée de deux yeux de 400 mètres

Le lancement officiel du projet « Les Yeux du Ciel », œuvre de Land Art d’Antoine Grumbach, soutenu et produit par ECT, a été l’occasion de plusieurs gestes officiels. Ainsi une plaque a été dévoilée, un premier arbre plantée. Et ce fut l’occasion de signer une une convention de coopération avec l’agglomération (CARPF) et les communes riveraines du Mesnil-Amelot et de Villeneuve sous Dammartin. Béatrice Abollivier, préfète de Seine-et-Marne représentait la préfecture de la Région d’Ile-de-France

Roland Castro était également présent pour se réjouir de ce 1er Belvédère d’Antoine Grumbach. Il a rappelait que ce projet était présent dans son rapport remis au Président de la République, « du Grand Paris à Paris en grand ».

Un ambitieux projet de Land Art et de conception paysagère

Situé directement dans l’axe des pistes de l’aéroport Charles de Gaulle de Roissy, l’œuvre d’Antoine Grumbach, les « YEUX DU CIEL »  constituera un parc visible par près de 70 millions de voyageurs aériens. Cette promenade célèbrera la biodiversité et l’agriculture qui cohabiteront avec de vastes esplanades. Objectif à terme: expositions, concerts et spectacles de toute nature.

Antoine Grumbach définit ainsi la conception de son œuvre de Land Art : « A la limite entre zones urbaines, agricoles et forestières, au pays des Monts de la Goële, avec les terres inertes qui ne sont pas des déblais mais un matériau, on réalisera une œuvre d’art aérien dans l’axe des pistes de Roissy. Cette œuvre faite de deux yeux de 400 mètres réconcilie industrie circulaire, paysage, compensation écologique et art à grande échelle.

« Les Yeux du Ciel » associent découverte aérienne des paysages et promenade, agriculture et loisirs culturels et sportifs. Cette réalisation contemporaine renvoie à la tradition des géoglyphes préhistoriques. Elle s’inscrit dans un projet de Land Art Métropolitain célébrant la diversité des paysages de la région parisienne. Ce projet ambitieux veut mettre en forme une collection de collines artificielles. Ces collines se répartissent sur une circonférence de 30 km de rayon autour de la capitale. Ainsi ils constitueront les « nouveaux Belvédères du Grand Paris».

Un site hors-norme pour une œuvre célébrant le matériau terre, issu des chantiers urbains

Le site d’ECT de Villeneuve sous Dammartin qui accueille le projet est le plus important site français de valorisation de terres excavées des chantiers d’infrastructure (notamment du GPE ) et de construction immobilière.

Entièrement constitué de terres excavées, il développe une surface de 130 hectares et 30 m de hauteur. A titre de comparaison, cela correspond à un périmètre s’étendant à Paris de la Cour Carrée du Louvre à la Place de la Concorde. Sur cette vaste étendue viendront se poser 2 Yeux de 400 mètres chacun .

Antoine Grumbach a utilisé la géographie si particulière du site pour concevoir cette intervention artistique célébrant la noblesse du matériau que représentent les terres excavées. Il s’inscrit de facto dans une pratique vertueuse d’économie circulaire.

Un projet emblématique pour le développement de la région Ile-de-France

En 2030, le site sera desservi par la ligne 17 du Grand Paris Express. Il sera situé à 1km de la future gare du Mesnil-Amelot (77), gare terminale de la ligne 17 du Grand Paris Express. Et il bénéfici déjà de la proximité de l’aéroport CDG-Roissy, porte d’entrée de la Region capitale. Le projet veut devenir un pôle touristique et culturel important de Seine et Marne. Et favoriser l’accueil des visiteurs et touristes du Grand Paris.

Ce projet se développe dans le cadre d’une convention de coopération entre la société ECT porteuse et mécène du projet, la commune de Villeneuve-sous-Dammartin, la commune du Mesnil-Amelot et la Communauté d’Agglomération Roissy Porte de France.

« Planter ainsi le 1er arbre des « YEUX DU CIEL » est une grande fierté pour ECT. Ce projet porte en lui les valeurs essentielles de notre entreprise auprès de nos clients du BTP comme des collectivités locales où nous réalisons nos aménagements : développer une économie circulaire des terres excavées pour  concevoir des aménagements utiles qui participent directement à une dynamique locale. Nous sommes très heureux d’accompagner activement Antoine Grumbach dans ce projet de Land Art. » », déclare Laurent Mogno, Président d’ECT.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Nouveau

Pour recevoir la newsletter trimestrielle ECT, c'est ici :

X